vendredi 23 mars 2012

❛Disque❜ Svetislav Božić (né en 1954), Byzantine Mosaic • Des Vêpres Byzantines, ou l'Harmonie du Monde selon Jasmina Kulaglich.

Pour acheter ce disque, cliquez ICI
Connaissez-vous Hilandar, le monastère des monastères, Suka Shalom, la synagogue de Belgrade ? Le temple Gračanica, la mosquée Bayrakli ou encore Studenica - fascinants monuments, hauts lieux constitutifs du riche patrimoine religieux serbe ? Peut être pas. Mais vous avez désormais entre vos mains une brillante synthèse de toutes ces croyances multiples, de cette foi plurielle ! Une ascension spirituelle et jubilatoire, un pèlerinage musical débouchant sur une plénitude rare, et un salutaire œcuménisme. Comme un avant-goût d'éternité avant l'heure, ou encore la sensation étrange de pénétrer dans un sanctuaire fantastique (Le paradis d'Indra)... Le cycle Mosaïque Byzantine, composé en 2001 par Svetislav Božić, que nous propose le label Naxos, peut-il être un disque de plus, un corpus pour piano comme il  s'en trouve tant d'autres ?

Sûrement pas ! Bien mieux qu'en un cycle ordinaire, les neuf tableaux (neuf dénominations, neuf lieux de culte : neuf oraisons) sont autant de romances sans paroles, rassemblées en une micro-symphonie ésotérique. La jeune pianiste, Jasmina Kulaglich, édifie d'authentiques peintures murales sonores  participant d'une architecture flamboyante. Toute l'âme de la Serbie cosmopolite et multiculturelle se révèle peu à peu, dans une éclatant avènement ; c'est la naissance d'une nation protéiforme, de nous méconnue et parfois incomprise, à l'image des pièces jouées ici avec un investissement et une flamme communicative. Le message est limpide : prôner la tolérance, le partage et le métissage comme une seconde respiration.

La pianiste Jasmina Kulaglich, © Laura Cortés
Néo-baroque, polytonal, post-impressionniste ? L'esthétique aux fines incrustations orientalistes de Božić (né en 1954) est en fait universelle, sous ses faux airs "classiques", et d'une inépuisable inventivité lyrique. Voilà une écriture très originale, située quelque part entre les influences du Tchèque Erwin Schulhoff, du Britannique John Tavener, de l'Islandais Jón Leifs, le tout mâtiné de… notre André Messager, dans un style plus rugueux! Les harmonies sont complexes et extrêmement exigeantes pour l'interprète, confrontée à de redoutables écarts, des cassures rythmiques, d'incessants chevauchements de mélodie - et autres embardées folles. Si la deuxième plage (Gračanica, justement) sollicite la tessiture la plus grave de l'instrument, le sixième mouvement (Pantelejmon) est le plus contrasté : à un déferlement d'accords implacables succède un andante religioso rassérénant, quoique tempétueux. Quant au septième volet (Žiča), il est bâti tel un scherzo coruscant, dans lequel luisent ici et là de fugitives réminiscences busoniennes.

Jean II Commenius, Vierge à l'enfant & l'impératrice Irène, une mosaïque de Sainte Sophie
à Constantinople (Istanbul), © non précisé.
Le jeu vibrionnant de Jasmina Kulaglich secoue l'auditeur d'emblée. Virtuose, rageur, nanti d'un sens du phrasé vaporeux, il enivre par un toucher acrobatique dans les trilles incandescents, qui surabondent ici. Sa fuligineuse ardeur communique à ces arabesques byzantines toute leur saveur. Y compris par le lyrisme désabusé de l'ultime Memories of the ancestors, courte œuvre distincte - en réalité un thrène dédié, comme son titre l'indique, aux mânes des aïeux. Les volutes, les mélismes sinueux de ces partitions aussi âpres qu'uniques, nimbées d'une austère poésie, ne vous laisseront pas indemne.

L'impétueuse  Jasmina  paraphe ainsi son propre Canticus mysticus. C'est un superbe acte militant en faveur de la consolidation d'une identité culturelle à l'échelon européen.

‣ Pièces à l'écoute en bas de page  1) Deuxième sanctuaire, Gračanica - 2) Quatrième sanctuaire, Sopoćani
‣ La diffusion de ces extraits est réalisée avec l'aimable autorisation de Naxos  Pour télécharger ces pièces et les autres, veuillez visiter le site ClassicsOnline.


 Svetislav Božić (né en 1954) : Byzantine Mosaic (2001) - After a war with some hope through the rain (1999) - Memories of the Ancestors (2004) - Jasmina Kulaglich, piano Steinway -
Intéressante notice due à Olivier Raimbault (vue perçante recommandée) -
1 CD Naxos n° 9.70162 enregistré à l'Heure Bleue, La Chaux de Fonds (Suisse). 

 Ce disque peut être acheté ICI.

 À consulter avec profit, le site de Jasmina Kulaglich.
 À visionner avec non moins de profit, la vidéo promotionnelle du CD.


2 commentaires:

  1. Chronique écrite avec intelligence et grande ouverture d'esprit. Ressentant ici la fidélité de la transcription du message universel de cette oeuvre, je suis heureuse d'être associée à ce blog riche en explorations musicales. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup chère Jasmina,
      Ce blog est à son tour heureux d'être associé à des projets aussi originaux et séduisants que le vôtre ! Tout commentaire est précieux, le vôtre est un particulièrement encourageant envers mon travail de partage en faveur des artistes... et de la musique que nous aimons.
      Bien à vous, attendant la suite avec grand intérêt,
      Étienne

      Supprimer