mardi 1 mai 2012

❛Opéra & Vidéo❜ John Adams (né en 1947) revient au Théâtre du Châtelet • Nixon in China... ou les tribulations d'un Américain en Chine ! ❛Choc de 2012

John Adams figure par ailleurs, dans notre rétrospective 2012, en tant que compositeur 'choc' de l'année.

Mao (Alfred Kim), ses trois secrétaires & Nixon (Franco Pomponi) - © Châtelet, Marie-Noëlle Robert
Quelle leçon d'histoire, de géopolitique, d'anthropologie musicale, nous aura été dispensée ces 14, 16 et 18 avril au Théâtre du Châtelet ! Il était grand temps que la scène parisienne rende à nouveau justice à John Adams, douze ans après la création mondiale de l'oratorio La Nativité (El Niño) offerte in loco. La révolution culturelle est en marche, dirons-nous. Car avouons-le d'entrée de jeu, il s'agit du spectacle musical de loin le plus fascinant d'une saison lyrique parisienne globalement désolante.

Pour son premier opus lyrique, le compositeur "minimaliste" choisit, en 1987, de relater le premier voyage d'un président américain en Chine populaire, quinze ans auparavant. Il s'agit d'unn ouvrage inclassable, rebelle à toute éventuelle classification : atypique drame politique ? satire d'une société américaine arrogante, consumériste et impérialiste ?  pamphlet persifleur sur la prépotence des médias (News, news, news !) ?  fresque magistrale traitant du choc des civilisations ?... Nixon in China est au final une étrange épopée d'ordre métaphysico-philosophique, inspirée par le dialogue complexe - et à vrai dire, si l'on se laisse convaincre par son filigrane, impossible - entre les arrogances respectives de l'Occident et de l'Orient.

Rencontre entre Richard Nixon et Mao Tsé Toung, 1972
Curieux hybride assurément, la partition brasse un large spectre de références subtilement enfouies au sein d'un foisonnant tapis sonore ! Ceci, du Grand Opéra historique et politique français (scène finale du banquet au I, ballet diplomatique au II, qu'un Meyerbeer n'aurait certes pas renié) au Bel Canto le plus extravagant (personnage de Chiang Ching, la fameuse Madame Mao), en passant par l'intervention liminaire du Chœur aux tonalités sacrées ; ou, quasiment, du post-baroque spectral (People are the heroes now). Et encore : une fugitive quoique lumineuse allusion à Wagner (final du ballet précité), le tout saupoudré de rythmes pop, jazz, rock, voire fox trot endiablé au début du III (net clin d'oeil aux Chairman Dances du même Adams). Toujours davantage, du swing chaloupé proche des lyrics du Kurt Weill ; celui de Street Scene naturellement. Le tour de force est que cet assemblage de focales aussi chamarrées n'est en rien un entassement hétéroclite, mais un canevas subtil qui étaye, irradie et féconde l'une des créations lyriques majeures du XX° siècle.


Le vidéogramme officiel de présentation du Théâtre du Châtelet
Chen Shi-Zheng (m.e.s.)
Alexander Briger (dir.)
Point n'est nécessaire de gloser sur l'esthétique prétendument minimaliste, répétitive, néo-tonale qui constituerait - en apparence - la marque de fabrique  si aisément identifiable de John Adams ! Il suffit d'écouter Doctor Atomic, son opéra le plus élaboré, pour se rendre compte que l'Américain a littéralement inventé un langage musical,  sui generis osons le prétendre ! Nixon est une partition d'une virtuosité inédite, littréalement démentielle à diriger, si l'on en croit le maestro Alexander Briger (à droite), placé à la tête d'une phalange en état de grâce (l'Orchestre de Chambre de Paris, nouvelle dénomination de l'Ensemble Orchestral de la même ville). Par exemple, des superpositions de mesures paires et impaires - à sept temps ! Ou bien des changements et retournements incessants de tempo, de tourbillonnantes harmonies étales, liquides, mouvantes ; pour tout dire aquatiques. Adams fait à de ces matériaux affluents un monumental océan, dont le tour de force est de ne jamais ses départir d'une pureté opalescente. C'est un mascaret, même, qui emporte tout sur son passage, dans un mouvement de ressac perpétuel.

Le compositeur et chef d'orchestre John Adams - © non communiqué
Si la réussite est ici exceptionnelle, le mérite en revient à l'équipe d'artistes transcendés par une mise en scène de Chen Shi Zheng (photo plus haut) suffisamment intelligente pour demeurer sobre et classique. Qui sont-ils ? L'immense soprano June Anderson, mimant Pat Nixon jusqu'à la couleur orange de la robe, le baryton Franco Pomponi à la claire stature présidentielle ; le Mao Tsé Toung non moins fascinant, voire vénéneux, d'Alfred Kim,  un ténor à l'aigu agile et endurant. Mais aussi : l'autre baryton, élégiaque et visionnaire, de Kyung Chun Kim (premier ministre Chou En Laï, en charge du fabuleux soliloque final appelant de ses voeux un monde meilleur) ; un Henry Kissinger ballot et décalé tenu à merveille par la basse Peter Sidhom. Impeccables encore, Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca De Pont Davies : secrétaires de Mao omniprésentes et persifleuses, dont l'étrange triade n'est pas sans en évoquer d'autres, depuis les exaspérantes cocottes de Manon jusqu'aux bonnes consciences tutélaires de Die Zauberflöte ! Omniprésent, c'est une caractéristique qui sied au Chœur du Châtelet, extraordinairement préparé par Stephen Betteridge ; toujours fluide et lisible, fût-ce au plus fort d'un courant qui le ménage peu.

Sumi Jo - © non communiqué
Toutefois, la palme de l'excellence revient à la soprano Sumi Jo (ci-contre). Au zénith de sa carrière sans aucun doute, la Coréenne s'immole, incomparable, dans le personnage glaçant et sanguinaire - à la tessiture surhumaine - de Chiang Ching. Brünnhilde coloratura au discours psychédélique, elle ose des trilles inouïs (ou de folles messa di voce) entre des contre-notes fulgurantes. Une prestation incandescente et insensée, appelée à faire date.

Ce qui porte sans conteste ce Nixon au pinacle de l'opéra vingtiémiste, c'est son merveilleux troisième acte, intimiste, poétique - et surtout totalement inattendu. Nous tombe littéralement dessus un summum d'introspection d'une intensité rare, soutenu par l'intervention obsédante, hypnotique, du synthétiseur. Bouleversant, osons le mot !  Retour à la simple condition humaine, au delà des considérations officielles et protocolaires : chacun des protagonistes évoque ses souvenirs passés, ses échecs, ses rêves, confronté à sa conscience. La poignante conclusion de Chou En Laï (I am old and I cannot sleep, déjà évoqué - voir aussi ICI) se souvient de celle, déchirante, qu'offre le personnage de Grünewald au Mathis der Maler d'Hindemith. C'est dire quels ponts étonnants John Adams sait ériger (quoi qu'en prétendent maints anathèmes condescendants) entre des langages musicaux très divers, qu'il a su assimiler, et envers lesquels il scelle son tribut.

Richard Nixon et Mao Tsé Toung, une vue d'artiste, d'après des photographies - © non communiqué
Exigeons sans plus attendre la création en France de Doctor Atomic - et tant que nous y sommes, la venue du récent et somptueux Satyagraha (New York, Metropolitan Opera) de son alter Ego, Philip Glass !

‣ Retrouvez la création française du nouvel opéra de John Adams,  The Gospel according to the other Mary, le 23 mars 2013 à la Salle Pleyel de Paris.
 http://www.sallepleyel.fr/francais/concert/12406-the-gospel-according-to-the-other-mary-musique-de-john-adams--creation-

‣ La galerie photos de la production, sur le blog "Opera Cake" 
‣ http://opera-cake.blogspot.fr/2012/04/nixon-in-china-opens-at-theatre-du.html

‣ Pièces à l'écoute simple, en bas de page  Cheers ! (finale de l'Acte I) - This is prophetic, air de Pat Nixon  (Maria Kanyova) à la Scène I, & début de la Scène II (les trois Secrétaires), à l'Acte II - Extraits de l'intégrale dirigée par Marin Alsop (Colorado Symphony Orchestra), © Naxos 2008.

Paris, Théâtre du Châtelet, 14 avril 2012 - John Adams (né en 1947), Nixon in China (1987).
Chen Shi-Zheng, mise en scène.
Franco Pomponi, Alfred Kim, June Anderson, Sumi Jo, Kyung Chun Kim, Peter Sidhom,
Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca De Pont Davies.

Chœur du Châtelet (chef de chœur : Stephen Betteridge) & Orchestre de Chambre de Paris -
Alexander Briger, direction.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire