vendredi 14 décembre 2012

❛Disque❜ Éditions Hortus, Iberia par le jeune pianiste Kotaro Fukuma • Un éblouissant festin de couleurs, de danses... et d'autres folies d'Espagne.

Un disque Éditions Hortus pouvant être acheté ICI
Isaac Albéniz (1860-1909) est surtout connu de nos jours pour ses œuvres destinées au piano, bien qu'il ait composé de la musique instrumentale (Suite Hongroise, Suites Espagnoles...), de la musique concertante (un Concerto et une Rhapsodie pour piano), deux opéras (Merlin et Henry Clifford, tous deux édités et disponibles chez Decca, le premier ayant même fait l'objet d'un DVD chez Opus Arte – à découvrir)...

Et encore, lui devons-nous des zarzuelas (Pepita Jimenez, San Antonio de la Florida...) ! Grand voyageur, il fit la découverte de New York, Bruxelles, Leipzig, Budapest, Londres ; avant de se fixer à Paris,  comme tant d'artistes de cette époque, auprès de qui il établit de fructueuses fréquentations.

Un goût des voyages et de l'étranger qui ne parviendra jamais, cependant, à le couper de sa patrie et de son héritage, culturel et musical. Écrits entre 1905 et 1908, les quatre cahiers composant les douze nouvelles impressions d'Iberia ont, très tôt, connu un succès international, les plus grands pianistes s'y étant illustrés : soit en intégrale, soit par le choix de tel ou tel fragment... Il est peu de dire qu'assister à l'abordage de ce monument de la littérature pianistique par un si jeune homme que Kotaro Fukuma ne laisse pas de surprendre.

Isaac Albeníz (1860-1909)
Le Japonais d'à peine trente ans n'est pas, cependant, un inconnu. Lauréat de la Fondation Gina Bachauer, premier prix au Centre National Supérieur de Musique de Paris en 2005, il a étudié - excusez du peu - avec Leon Fleischer, Alicia de Larrocha, Maria-Joao Pires, Dominique Merlet,  Aldo Ciccolini et Bruno Rigutto. 
En 2003, il remporte le premier prix Chopin au Concours International de Piano de Cleveland.

C'est en 2007 que ce talent précoce décide de se lancer dans l'aventure d'Iberia. Et le moins que l'on puisse écrire d'instinct, dès que débute l'écoute de son enregistrement, est que son interprétation, d'une extrême maturité - déjà - se hisse d'emblée aux cotés de celles des plus grands.

Ainsi qu'il l'explique lui même dans la préface de son disque, la fascination immédiate que provoqua chez lui la découverte de l'oeuvre l'amena à se rendre plusieurs fois en Espagne, pour mieux ressentir cette l'idiome de musique, et s'imprégner de son extraordinaire personnalité au plus près de ses sources.

Dès les premières mesures d'Evocacion, c'est un choc reçu en pleine figure :  il est inutile de réfléchir longuement, pour percevoir que nous nous trouvons face à un grand pianiste, et que le périple de douze étapes, qu'il nous propose de suivre palier par palier en sa compagnie, à travers l'Espagne du siècle nouveau, sera l'un de ces pèlerinages que nous chérirons durablement.

La ville de Malaga, © non communiqué
De l'instrument qu'il touche (mais quel est-il ? Le livret fourni ne nous en apprend rien), Fukuma sait distiller toutes les nuances dynamiques, toutes les ressources rythmiques, tout l'éventail de teintes :  nous n'en voulons pour preuve que ce Lavapiés – disque 2, plage 3. C'est émerveillement d'entendre fandango, flamenco, toutes les danses ibères renaître ainsi sous des doigts... qui savent aussi se faire tendres, simples, élégants (Fête-Dieu à Séville, ou Corpus Christi en Sevilla – disque 1, plage 3).

Chaque partie de ces quatre Cahiers est ainsi ciselée avec un égal bonheur. Chose encore plus rare, c'est bien à une totalité, cohérente et continue, qu'il nous est donné d'assister... comme si toutes les contraintes purement techniques s'étaient effacées, laissant place au plaisir pur du jeu : en l'occurrence, les touches de couleur d'un peintre paysagiste (extrait du premier Cahier, El Puerto, à l'écoute tout en bas).

Kotaro Fukuma (né en 1982), © Takuji Shimmura
La discographie de ce chef d'œuvre revendique, nous le savons, quantité de réussites : Alicia de Larrocha (à trois reprises !) naturellement, mais aussi Aldo Ciccolini, Daniel Barenboim, Rosa Torres-Pardo... Et surtout, Estebán Sanchez, dont la lecture a été rééditée il y a peu chez Brilliant Classics, complétée par España, la Suite Espagnole, la cinquième Sonate...



Kotaro Fukuma partage au moins un caractère avec ce Merlin que le compositeur offrit au théâtre : il enchante, et vient certainement de signer auprès des Éditions Hortus l'un des plus beaux recueils Albéniz de ces dernières années.

"Fête-Dieu à Séville"
 Cliquez pour lire la présentation et l'entretien avec Kotaro Fukuma, au sujet de cet Iberia, sur le site Piano Bleu.

 Cliquez pour lire un autre entretien, sur le site Tutti Magazine.

 Pièce à l'écoute simple, en bas d'article  Premier Cahier : II. El Puerto ‣ © Éditions Hortus 2012.

 Isaac Albeníz (1860-1909) - Iberia (1908), quatre cahiers (deux disques) -
Kotaro Fukuma, piano.



5 commentaires:

  1. Bonjour,
    Quelques petites précisions :
    Kotaro Fukuma a remporté divers prix dans plusieurs concours internationaux, et surtout le 1er Prix et le Prix Chopin du Concours de Cleveland en 2003 à l'âge de 20 ans.
    Enfin, il a fait une partie de ses études au CNSMP, Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec notamment Bruno Rigutto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Anonyme (comment puis-je vous nommer autrement, il m'est pourtant tellement agréable de lire des commentaires SIGNÉS),

      Les précisions que vous me fournissez aimablement figuraient déjà dans le corps de l'article !
      À une exception près toutefois, celle de Bruno Rigutto, dont la mention vient d'être ajoutée avec le plus vif empressement. :)
      Merci, par conséquent, d'avoir attiré mon attention sur l'omission de ce grand artiste...

      Je vous souhaite une excellente fin d'année, et espère avoir le plaisir de vous compter durablement comme lecteur. Cordialement,

      pour Stéphane Houssier : Jacques Duffourg, directeur de la publication

      Supprimer
  2. Bonjour,
    La photo de Kotaro Fukuma est de Takuji Shimmura qui est le photographe de Kotaro Fukuma.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Anonyme,
      Nécessaire fait. Très bonne fin de journée.
      J.D.

      Supprimer
  3. Bonjour,
    En tant que manager de Kotaro Fukuma, j'ai eu la chance d'avoir cet enregistrement en son édition japonaise dès l'été 2009. Pour être franc, je n'avais pas beaucoup fréquenté ni Albeniz, ni son Iberia, ... et ce coffret fut pour moi "un coup de poing dans la g....." ! Comment, à 67 ans, mélomane depuis toujours, avais-je pu passer à côté d'une telle oeuvre ? ... J'ai évidemment beaucoup milité pour la diffusion hors Japon de cet enregistrement génial de Kotaro Fukuma et suis heureux de voir que je ne suis pas le seul à être transporté par son interprétation d'Iberia, interprétation que j'ai réentendue en de nombreuses occasions lors de concerts de Kotaro, toujours avec un énorme plaisir. En vérité je ne me lasse pas d'Iberia sous les doigts de Kotaro Fukuma !
    Gilles Bruneau

    RépondreSupprimer